Ses infrastructures

Complexe de serres hautes performances

Inauguration du nouveau complexe de serres en novembre 2007. Ces serres d'une superficie d'environ 4500m2 sont équipées de systèmes très perfectionnés permettant un contrôle précis du climat et de la fertilisation. Le complexe comprend des installations à l'Université Laval et à l'ITA de Saint-Hyacinthe.

Plateformes -omiques

Ces infrastructures comprennent une unité d'analyse SELDI-TOF/MS à l'Université Laval et un laboratoire pour les études protéomiques, principalement pour l'expression, la purification et les essais enzymatiques des protéines chez les végétaux à l'Université de Montréal. Les infrastructures de l'Université de Sherbrooke comprennent des installations pour la génomique fonctionnelle végétale.

Services de microscopie électronique et confocale

Ce service dispose de microscopes électroniques à transmission et à balayage, de microscopes à épifluorescence, de microscopes confocaux et de tout l'équipement photographique et informatique pour l'analyse des images en 2-D et 3-D. Les appareils sont situés à l'Université Laval, à l'Université du Québec à Trois-Rivières et à l'Université de Sherbrooke.

Station d'observations agroenvironnementales du sol

500 pi2 de laboratoire en chimie et 300 pi2 en physique du sol. Parc d'appareils scientifiques pour mesures en laboratoire et en champs comprenant : séchoirs, CNS-LECO, broyeurs, Dionex 4000i, spectromètres NIR et MIR, plaques de tension, compresseur, pH mètres, titrateur automatique, colorimètres, balances de champ, digesteur, spectromètre d'absorption atomique, TOC, granulométrie laser, accès à d'autres équipements sur les propriétés rhéologiques des récoltes, deux géoradars (GPR). Les appareils sont situés à l'Université Laval.

Stations de recherche agronomique

Consiste en des champs expérimentaux (125 ha à l'Université Laval et de 70 ha sur le Campus McDonald de l'Université McGill), des bâtiments et des équipements spécialisés.

Tomodensitomètre

Situé au Campus McDonald de l'Université McGill, le tomodensitomètre permet de scanner une plante vivante pour en obtenir un modèle numérique en trois dimensions et ainsi d'analyser l'organisation spatiale des branches, du feuillage et du système racinaire des plantes.